lundi 6 août 2018

1815, l'autre guerre des Cent-Jours - Chouans et Vendéens contre l'Empire.

Voici quelques temps que je songeais à un projet concernant les guerres de l'Ouest (quatre conflits entre 1793 et 1815). L'objectif serait de simuler des escarmouches, embuscades et petits combats tactiques avec des figurines 28mm. Disposant de Français 28mm Premier empire, je pensais privilégier le théâtre des opérations en Bretagne et en Vendée durant les Cent-Jours.
Le mois dernier, entrant dans une librairie d'Uzès, j'achète le livre d'Aurélien LIGNEREUX que je lis avidement. Voici le résultat de mes premières recherches. Vais-je me lancer? Il faudra tout d'abord trouver un ou deux compagnons de jeu.

Scène de combat à l'Ouest en 1815 par Lucien ROUSSELOT

Une synthèse récente et incontournable

Aurélien LIGNEREUX, Chouans et Vendéens contre l'Empire - 
1815, l'autre guerre des Cent-jours, Vendémiaire

"À l’Ouest rien de nouveau, semble-t-il, en 1815 : conduits par des La Rochejaquelein, d’Autichamp, d’Andigné ou autres Charette, les Vendéens et les Chouans reprennent les armes pour le roi, tandis que Napoléon, revenu aux Tuileries, s’apprête à affronter l’Europe coalisée. Cette nouvelle guerre de l’Ouest n’aura duré que quarante jours. Conclue par deux défaites royalistes, elle aura fait quelques centaines de morts mais éloigné de Waterloo plusieurs milliers de soldats.

Conflit secondaire, peut-être, au regard de l’histoire militaire. Mais exemple saisissant d’apprentissage de la guerre conventionnelle par les paysans du Bocage. Surtout, épisode majeur pour l’histoire politique de la France au XIXe siècle : la prise d’armes de mai-juin 1815 constitue en effet, avec le soulèvement républicain de décembre 1851, la plus importante des mobilisations populaires en province.

Et ces paysans en armes n’ont rien de jouets manipulés par les nobles : la monarchie restaurée en fait l’expérience lorsqu’après la chute de Napoléon, il s’agira d’en finir avec l’organisation paramilitaire des paroisses, royaliste mais si menaçante pour l’ordre établi, constitutionnel et censitaire."

L'auteur délivre d'utiles cartes, une chronologie, un index et une imposante bibliographie. Ajoutons que de nombreux livres sur cette épisode des Cents-Jours sont accessibles sur Gallica.
Un ouvrage de référence existe mais je ne l'ai pas lu, le prix étant élèvé. Il s'agit de l'Histoire Militaire Des Guerres De Vendée de Hervé Coutau-Bégarie, Economica, 2010. Le livre doit bien entendu privilèégier l'étude des guerres entre 1793 et 1800 mais j'espère pouvoir y trouver des informations.



Carte des opérations en Bretagne en 1815

Carte des batailles Vendée, 1815

Cavaliers vendéens 1793-1815

J'ajoute ces deux cartes car mes lectures m'ont appris que des heurts armés avez pu se produire entre occupants et Français entre 1815 et 1819, même à l'Ouest! A titre d'exemple, voici un livre concernant l'occupation du département du Nord

Carte de l'occupation de la France en 1815

 Carte de l'occupation de la Bretagne en 1815



Le choix des figurines concernant les chouans et vendéens 28mm est restreint, 
vous trouverez des références chez




Voici des exemples d'adaptation de figurines Perry AWI:

Je pense que l'on doit pouvoir utiliser certaines références de la gamme Carlist war chez Perry:


Un site propose une mine de renseignements concernant les drapeaux, 
l’armement et les équipements des Vendéens dont une série de 100 figurines de combattants vendéens:

Combattants vendéens 1793-1815

Combattants vendéens 1793-1815

Commandement vendéen 1793-1815
et aussi, douze planches de qualité:

Lien/téléchargement


Les Blancs

Armée royaliste 1815
Commandant (contesté) Auguste de la Rochejaquelein 

L'armée des Blancs et structurée en quatre corps royaux au sud de la Loire

1er corps 
Commandant Lieutenant-général d'Autichamp 
(région des Mauges)
6000 h. (estimation crédible selon A.L) à 10 000h.

Division des paroisses de Beaupréau (3200h.)
Division des paroisses de Chemillé (3200h.)
Division des paroisses de Champtoceaux (600h.)
Division des paroisses de Cholet (1800h.)
Division des paroisses de Montfaucon (2700h.)
Division des paroisses de Fief-Sauvin (600h.)
Division des paroisses de Le Loroux (900h.)

2ème corps
Commandant Sapinaud 
(Vendée de l'intérieur)
?

3ème corps
Commandant Suzannet 
(sud de la Loire-inférieure et une partie du département de la Vendée)
?

4ème corps
Commandant  Auguste de la Rochejaquelein 
(nord du département des Deux-Sèvres)
?

Un 5ème corps est constitué sur la rive droite de la Loire
Commandant d'Andigné
?

---

Armée du commandant Sol de Grisolles (Bretagne)
organisée en légions dans la Morbihan

Légion de Bignan
Commandant Le Thieis
Légion d'Auray
Commandant  J. Cadoudal
Légion de la Vilaine
Commandant Sécillon
Légion de Vannes
Commandant du chevalier de Margadel
Légion de Pontivy
Commandant Guillemot
Légion de Gourin
Commandant Penanster

Quelques éléments concernant les insurgés vendéens et chouans:
Dissension/désunion du commandement
Hypertrophie du nombre d'officiers
Les combattants sont des nobles, des paysans,
des ouvriers chômeurs de Cholet et Chemillé et des déserteurs.
2/3 des hommes sont équipés d'armes à feu (fusils de chasse, fusils, pistolets)
1/3 sont armés de faux, fourches, bâtons...
Les chouans sont encore moins bien équipés que les vendéens.
Les cartouches manquent. Peu de baïonnettes.
Les insurgés ne tiennent pas le choc face à une charge résolue.
Embuscades dans les haies et fossés
Quelques groupes d'élite (collégiens de Vannes
Cavalerie peu nombreuse et mal montée peu prompte à encaisser des charges.
Artillerie quasi nulle / manque de personnel expérimenté ( Ex: lors de la bataille d'Auray, Sol de Grisolle dispose d'un obusier et d'une pièce de 5 pour 8000 paysans).

---

Les Bleus

Corps d'armée de la Loire (6500 h*) 1815
Commandant Général d'Armée LAMARQUE


1ère division 
(3634 h. dont 2854 en état de combattre)

Lieutenant-général BRAYER


Bataillons du 8e léger, 27e et 47e de ligne
2ème tirailleurs et 2ème voltigeurs de la jeune garde
Eléments du 12e Dragon (1 esc ?) , gendarmerie montée

2ème division 
(4241 h. dont 3690 en état de combattre)

Général TRAVOT



Bataillons des 14e, 15e, 26e et 43e de ligne
Gendarmes de Paris
Artilleurs de marine
Chasseurs à pied de Vendée (70h env.)
Eléments du 8e Hussard (1 esc ?), Chasseurs à cheval de Vendée (80h env.) et  Gendarmerie montée

* Selon le rapport du général Lamarque

Aurélien LIGNERIEUX  donne aussi les effectifs suivants:

infanterie légère 506h
infanterie de ligne 7972h
cavalerie 296h
artillerie de marine 421h
génie 82h

total 9277h

Sources:
Aurélien LIGNEREUX, Chouans et Vendéens contre l'Empire - 1815, l'autre guerre des Cent-jours, Vendémiaire, 2015.
Henry HOUSSAYE, Waterloo, Christian Bartillat Éditeur, 1987.

Outre les lignards et les tirailleurs et voltigeurs de la jeune garde, la diversité des troupes impériales engagées à l'Ouest en 1815 fera le plaisir des amateurs de troupes rares sur les tables jeu comme les gendarmes à pied et montés, la Gendarmerie de Paris, les divers gardes nationaux "fédérés", l'unité des Chasseurs vendéens à pied et à cheval, les équipages de marine, douaniers, invalides, militaires retraités, vétérans et autres fantassins mal équipés des dépôts des régiments de l'Ouest.

En dehors des combats les plus conséquents dans l'Ouest (bataille des Mathes, d'Auray, Rocheservière, de Saint-Pierre des Echaubrognes, de L'Aiguillon, de Saint-Gilles-sur-Vie, de Cossé-le-Vivien, de Thouars...), une multitude d'engagements plus ou moins importants émaillent cette guerre. On y voit des paysans de Roussière menés par leur curé dégager des insurgés menacés par des dragons, prise ou défense de pont (à Thouars / Pont-Neuf et Pont de Vrines), des combats urbains (Redon, Chateaubriant, Château-Gontier), des attaques de villes fortifiées (Guérande où les douaniers et les fantassins du 62ème tiennent tête à 4000 chouans en doublant les portes de la ville avec des tas de fumier), dans les vignes ou les marais, des attaques de diligence/courriers ou de bateaux chargés de grains (sauvées par l'intervention de chaloupes canonnières). Entre les opérations de police et les embuscades dans les chemins creux, le choix des scénarios de fera pas défaut.

Voici quelques exemples de types de combattants concernant les impériaux.
J'ai intégré des combattants de 1814 qui peuvent inspirer les peintres aguerris.

Infanterie française, "Marie-Louise", 1814.

Gardes nationales fédérées de Nantes, 1815, Nantes

Corps francs, 1814

Gardes nationales, 1814.

Garde nationale de l'Ouest, 1815.

Garde national, La Fère Champenoise, 1814

Garde national, 1814.

Gardes nationales, 1814

Garde national, 1815.

Tirailleurs fédérés, 1815.

Concernant la gendarmerie qui se trouva en première ligne contre les insurgés de l'Ouest:

Gendarme à pied Captain Games
 et aussi chez Brigade Games (deux références/8figurines)

Philippe a publié un article proposant, entre autre, des transformations de figurines sur son excellent blog El Frances:

Lien / Link

Ludiquement

*****

4 commentaires:

  1. Très intéressant... un épisode peu connu.

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour c’est article très intéressant et très inspirant.

    RépondreSupprimer
  3. Magnifiques figurines, illustrations...et "période"...

    RépondreSupprimer