mardi 12 juillet 2016

"Orages d'acier, déluge de mots", une anthologie de textes de la Grande Guerre...

... et des photographies souvent méconnues dans le portfolio "Verdun - La Somme vue du front". 


Après une interview de Stéphane Audouin-Rouzeau et Gerd Krumech, un article de Marc Dugain ("La chambre des officiers") et un texte de Paul Jankomski concernant la mythe de Verdun, on trouve l'anthologie de textes divisée en cinq parties: Avant la catastrophe - Contre l'ennemi Combattre - Contre l'oubli Témoigner - Contre l'anéantissement Créer - Contre la guerre Protester.

Cliquer pour en savoir plus
Des dizaines de textes judicieusement choisis parmi des auteurs français, allemands, austro-hongrois, turcs, britanniques, italiens,  belges... le tout accompagné par une bibliographie.

Le Monde - Hors-série - Juillet 2016 - 8.50 euros.

Je recommande chaudement la lecture de ce numéro.


Photographies d'une partie Bolt Action WW1, ici



Bonne lecture

*****

dimanche 3 juillet 2016

Partie Bolt Action WW1: poilus et tirailleurs sénégalais partent à l'offensive.

Vendredi soir, François et moi avons à nouveau testé "Bolt Action - Unofficial World War One Modifications" (fichier pdf) disponible sur le site Gajo Games.


Le choix était de tester une offensive française avec un budget double pour l'attaquant (535 pts / 1050 pts).
Pour l'assaut, le joueur français dispose de cinq groupes de vétérans disposant chacun d'un grenadier ou d'une LMG Chauchat. Un groupe dispose quant à lui de trois hommes équipés de grenades à fusil VB (Vivien-Bessières). Un mortier crapouillot, trois MMG et un commandement complètent l'ordre de bataille.
Le joueur allemand dispose d'un commandement, de trois groupes dont un de vétérans, d'un mortier, et d'une MMG (voir le blog de François).

Sur la photo, on ne voit pas la MMG et un groupe de poilus placés à l’extrême droite ainsi que le MMG placée à l'extrême gauche.
Le joueur français place ses éléments après le joueur allemand. Deux groupes français ne rentrent qu'au tour n°2.


Les tirs de mortier seront plutôt inefficaces durant la partie.



La position centrale allemande est la plus forte


Le dispositif français à gauche du crapouillot fait face à un solide retranchement allemand 
(photo ci-dessous).



La droite française monte à l'assaut appuyée par les tirs croisés de mitrailleuses Hotchkiss. 

Au centre un groupe de tirailleurs est sacrifié pour faire diversion :-(


Les poilus s'infiltrent entre le réseau de fils barbelés en évitant des pertes trop sévères.

Le mortier pilonne ... en vain!

Les tirs des grenades VB s'avèrent efficaces. La droite allemande est submergée et les tirailleurs peuvent attaquer la position centrale.



C'est la victoire française.



Mon dispositif était trop puissant à droite. Il était possible d'équilibrer le placement sans trop compromettre l'attaque sur la gauche allemande.


Bilan
- l'efficacité des mortiers est subordonnée à des choix judicieux à moyen ou long terme.
- il faut bien choisir les itinéraires de progression et réserver des couloirs de tir pour les mitrailleuses.
- avoir des unités de vétérans offrent un avantage significatif.
- les grenades VB sont redoutables en tir groupé.
- un rapport de force 1 contre 2 est certainement trop déséquilibré. Il faudra tester à nouveau.
- la partie vue du côté allemand, ici.

Un grand merci à François pour le projet et la bonne soirée.

*****

Partie Bolt Action WW1: les poilus et les tirailleurs sénégalais partent à l'offensive.

Vendredi soir, François et moi avons à nouveau testé "Bolt Action - Unofficial World War One Modifications" (fichier pdf) disponible sur le site Gajo Games.


Le choix était de tester une offensive française avec un budget double pour l'attaquant (535 pts / 1050 pts).
Pour l'assaut, le joueur français dispose de cinq groupes de vétérans disposant chacun d'un grenadier ou d'une LMG Chauchat. Un groupe dispose quant à lui de trois hommes équipés de grenades à fusil VB (Vivien-Bessières). Un mortier crapouillot, trois MMG et un commandement complètent l'ordre de bataille.
Le joueur allemand dispose d'un commandement, de trois groupes dont un de vétérans, d'un mortier, d'une une HMG (voir le blog de François).

Sur la photo, on ne voit pas la MMG et un groupe de poilus placés à l’extrême droite ainsi que le MMG placée à l'extrême gauche.
Le joueur français place ses éléments après le joueur allemand. Deux groupes français ne rentrent qu'au tour n°2.


Les tirs de mortier seront plutôt inefficaces durant la partie.



La position centrale allemande est la plus forte


Le dispositif français à gauche du crapouillot fait face à un solide retranchement allemand 
(photo ci-dessous).



La droite française monte à l'assaut appuyée par les tirs croisés de mitrailleuses Hotchkiss. 

Au centre un groupe de tirailleurs est sacrifié pour faire diversion :-(


Les poilus s'infiltrent entre le réseau de fils barbelés en évitant des pertes trop sévères.

Le mortier pilonne ... en vain!

Les tirs des grenades VB s'avèrent efficaces. La droite allemande est submergée et les tirailleurs peuvent attaquer la position centrale.



C'est la victoire française.



Mon dispositif était trop puissant à droite. Il était possible d'équilibrer le placement sans trop compromettre l'attaque sur la gauche allemande.


Bilan
- l'efficacité des mortiers est subordonnée à des choix judicieux à moyen ou long terme.
- il faut bien choisir les itinéraires de progression et réserver des couloirs de tir pour les mitrailleuses.
- avoir des unités de vétérans offrent un avantage significatif.
- les grenades VB sont redoutables en tir groupé.
- un rapport de force 1 contre 2 est certainement trop déséquilibré. Il faudra tester à nouveau.
- la partie vue du côté allemand, ici.

Un grand merci à François pour le projet et la bonne soirée.

*****

Partie Bolt Action WW1: les poilus et les tirailleurs sénégalais partent à l'offensive.

Vendredi soir, François et moi avons à nouveau testé "Bolt Action - Unofficial World War One Modifications" (fichier pdf) disponible sur le site Gajo Games.


Le choix était de tester une offensive française avec un budget double pour l'attaquant (535 pts / 1050 pts).
Pour l'assaut, le joueur français dispose de cinq groupes de vétérans disposant chacun d'un grenadier ou d'une LMG Chauchat. Un groupe dispose quant à lui de trois hommes équipés de grenades à fusil VB (Vivien-Bessières). Un mortier crapouillot, trois MMG et un commandement complètent l'ordre de bataille.

Sur la photo, on ne voit pas la MMG et un groupe de poilus placés à l’extrême droite ainsi que le MMG placée à l'extrême gauche.
Le joueur français place ses éléments après le joueur allemand. Deux groupes français ne rentrent qu'au tour n°2.


Les tirs de mortier seront plutôt inefficaces durant la partie.



La position centrale allemande est la plus forte


Le dispositif français à gauche du crapouillot fait face à un solide retranchement allemand 
(photo ci-dessous).



La droite française monte à l'assaut appuyée par les tirs croisés de mitrailleuses Hotchkiss. 

Au centre un groupe de tirailleurs est sacrifié pour faire diversion :-(


Les poilus s'infiltrent entre le réseau de fils barbelés en évitant des pertes trop sévères.

Le mortier pilonne ... en vain!

Les tirs des grenades VB s'avèrent efficaces. La droite allemande est submergée et les tirailleurs peuvent attaquer la position centrale.



C'est la victoire française.



Mon dispositif était trop puissant à droite. Il était possible d'équilibrer le placement sans trop compromettre l'attaque sur la gauche allemande.


Bilan
- l'efficacité des mortiers est subordonnée à des choix judicieux à moyen ou long terme.
- il faut bien choisir les itinéraires de progression et réserver des couloirs de tir pour les mitrailleuses.
- avoir des unités de vétérans offrent un avantage significatif.
- les grenades VB sont redoutables en tir groupé.
- un rapport de force 1 contre 2 est certainement trop déséquilibré. Il faudra tester à nouveau.

Un grand merci à François pour le projet et la bonne soirée.

*****