dimanche 24 novembre 2013

Massacres et hécatombes des rives du Niger à la Marne


Voici plusieurs années que mes lectures m'ont incité à établir des liens entre l'horreur de l'expansion coloniale et les atrocités de la Première Guerre mondiale.
On ne peut que s'interroger sur le parallèle entre les pratiques des troupes impériales allemandes en Chine (1900-1901) ou dans les territoires du sud-ouest africain à l'encontre des Hereros et des Nama et les atrocités allemandes perpétrées en Belgique et en France en 1914. Les hécatombes des guerres coloniales (Campagne du Zoulouland en 1879, Omdurman 1899, Conquête de l'Afrique de l'Ouest par la France)  annoncent celles des fantassins français à Charleroi ou le massacre des innocents à Ypres en octobre 1914.
Les violences de masse infligées aux civils et aux militaires lors de la Première Guerre mondiale plongent leurs racines dans les méandres du Pei-Ho, du Niger et dans les sables du Sahara et du Kalahari.
Je ne peux donc que vous inciter à lire ces 4 ouvrages:

http://www.tallandier.com/ouvrages.php?idO=660
Cliquer pour en savoir plus

http://www.fayard.fr/le-jour-le-plus-meurtrier-de-lhistoire-de-france-9782213677804
Cliquer pour en savoir plus

http://www.ysec.fr/premiereguerre1/etain-buzy
Cliquer pour en savoir plus

http://www.futuropolis.fr/fiche_titre.php?id_article=790197
Cliquer pour en savoir plus
Cette bande dessinée est en deux tomes, seul le premier "Un esprit blanc" est publié pour l'instant.
Une œuvre admirable!


http://www.etat-critique.com/La-Colonne_livre_5113.html
Critique à lire
A bientôt.

*****


samedi 16 novembre 2013

1918, les bleuets s'emparent d'une position de la ligne Hidenburg - Règle Square bashing (fin).

Bataille de la Serre (fin octobre 1918):
les hommes de la 10ème armée progresse au nord de Laon (Aisne).




Les allemands parviennent enfin à faire monter une colonne de renfort.

Les chars, empêtrés dans un terrain bouleversé, deviennent de peu d'utilité.
Notons que les modèles Saint-Chamont et Schneider avaient été remplacés à cette date par les fameux FT 17. J'ai cependant préféré les disposer sur la table de jeu pour changer.

n

Les camions seront de peu d'utilité!


Mise en place d'un crapouillot.

Enfin, les poilus s'emparent des parallèles et des stocks de munitions allemandes.



Le plateau est pris, les allemands lâchent les positions et retraitent vers la Belgique.

41 points pour le joueur français.
39 points pour le joueur allemand.

L'offensive a réussi, les positions sont prises mais les pertes sont très lourdes.

Merci à Lee pour cette partie.

Figurines 15mm WW1 - WW2 Essex, Minifigs, Irregular et Old Glory.
Décors Neveu 15mm et décors de confection personnelle.

*****

lundi 11 novembre 2013

Ceux de 1914 aujourd'hui.


Aujourd'hui 11 Novembre 2013.

Se souvenir ....






... lire ...
http://www.ceuxde14.fr/
Le site, cliquer
... comprendre:

http://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique-de-l-histoire-la-grande-guerre-14-2013-11-11
cliquer  et écouter
et aussi L'invité des matins de Marc Voinchet :

Bonne journée

*****

samedi 9 novembre 2013

Square bashing, l'offensive française se poursuit sur la ligne Hidenburg en 1918.

L'axe de l'attaque n'a pas changé mais l'assaut s’englue dans le réseau des barbelé et les cratères du no man's land. Les chars ne parviennent plus  à progresser...





... seul l'appui de l'artillerie peut éviter le pire!


Des blindés sont victimes des coups directs des 77 allemands.




L'artillerie lourde française prépare un tir de barrage précis afin de rompre la ligne adverse.
Le temps est compté car la droite française disparaît peu à peu sous le feu et la mitraille.




Les feldgrauen s’apprêtent à attaquer pour asséner un coup fatal à la droite française

A suivre

****** 

dimanche 3 novembre 2013

Combat dans le no man's land avec Square bashing.

La table de jeu avec pour la première fois les décors Neveu 15mm peu visibles il est vrai.

A gauche, les poilus, sur la moitié droite les feldgrauen dans les tranchées et les retranchements. Le système de défense est puissant et s'articule autour d'un point fortifié de la ligne Hindenburg.
Du côté français : le QG, trois groupes de l'AS de Schneider, cinq bataillons, deux compagnies de mitrailleuses, deux compagnies de crapouillots, trois batteries d'artillerie et un barrage du meilleur niveau.
Du côté allemand: les retranchements, six bataillons, six compagnies de mitrailleuses, deux batteries de 77 et une unité de camions.



 La gauche allemande n'hésite pas à attaquer pour faire diversion.

Le barrage est très efficace, le point fort de la droite allemande implose sous l'effet de tirs au but. C'est justement là où les poilus comptaient passer. Plusieurs compagnies de Michel retraitent sur la deuxième ligne.

Cependant, les fantassins allemands du centre n'en sont que plus ardents à résister et même à contre-attaquer.



L'observateur allemand donne des indications précieuses au QG.


Dès tricolores.


La ruée


Les officiers soutiennent leurs hommes.

A suivre...

*****